Seizième printemps de Yunbo

Coucou,

Dans cette bullette, je vous retrouve afin de partager avec vous ce joli coup de cœur printanier. Seizième printemps de Yunbo est une BD publiée chez Delcourt que j’ai eu la chance de découvrir lors d’un petit tour chez mes libraires. Un merveilleux moment de lecture que j’ai pris plaisir à photographier, au cœur du parc de l’Arboretum à Angers, avec les jolies fleurs du printemps que j’aime tant.

J’espère que cette bullette vous plaira, bonne lecture 🙂

Avant de vous partager mon avis, je vous laisse découvrir le résumé :

« Un conte animalier très humain qui suit le parcours d’une petite renarde de ses 5 à 16 ans. Imaginée par la Sud-Coréenne Yunbo, cette histoire touchante ne laissera personne indifférent. Un coup de cœur !

À cinq ans, la jeune renarde Yeowoo part vivre à la campagne chez son grand-père et sa tante. Rejetée par les siennes, une poule jardinière, Paulette, devient sa nouvelle voisine. Cette dernière n’a jamais pu pondre d’œufs et considère la petite renarde solitaire comme son propre enfant. Avec son aide, Yeowoo mûrit, grandit et commence à apprécier la vie à la campagne, la vie tout simplement. »

Autant vous le dire tout de suite, j’ai eu un coup de cœur pour cette histoire qui a fait écho à une grande partie de mon histoire personnelle. Je n’ai que peu de doutes à dire que cette BD est une œuvre originale avec une portée, un engagement intense. Pour ma part, j’avais fait le choix de ne pas lire le résumé avant de me plonger dans ce récit juste car j’avais été conquise par ce titre mystérieux et la beauté des illustrations. Je peux vous dire que j’ai été autant surprise que conquise. Je ne m’attendais pas à découvrir une histoire si profonde. En apparence, rien ne laisse présager l’intensité de la lecture et c’est ce qui rend le tout encore plus beau. À mes yeux, c’est ce qui me permet de qualifier cette BD : d’œuvre.

Comme vous avez pu le lire dans le résumé, dans ce récit nous partons à la rencontre de Yeowoo, cette petite renarde qui vient de fêter ses 5 ans lorsque ses parents se séparent. Elle est alors confiée à son grand-père paternel et à sa tante vivant toujours avec celui-ci au village du Renard. La jeune renarde espère que cette séparation avec ses parents sera provisoire mais les années passent et rien ne change. Yeowoo grandit, nous la suivons donc son évolution, ses rencontres, ses pensées jusqu’à son envol. Parmi les rencontres qu’elle va faire, il y a la rencontre avec Paulette, la poule au grand cœur qui n’attend qu’une chose rencontrer un autre cœur, une autre âme prête fleurir avec elle et partager la même affection. La relation entre la poule et la petite renarde va devenir très forte au fil du temps. Et Yeowoo, va avec son aide, apprendre à se construire, à devenir elle-même. J’ai adoré le personnage de Paulette, très attachant qui m’a fait penser à certains de mes proches. Une poule au milieu d’un village de Renard à première vue cela peut étonner mais on s’y attache. Paulette est le personnage qui permet à l’autrice d’évoquer le fait de ne pas pouvoir ou vouloir avoir d’enfant mais pour autant avoir de l’amour à offrir à d’autres. C’est un sujet très fort, évoqué avec beaucoup de douceur et de bienveillance. Au fil des pages, on apprend à adorer cette poule, cette petite renarde et la belle relation qu’elles vont créer. La famille ce n’est pas que celle du sang je le dirais jamais assez, c’est aussi celle du cœur, celle que l’on voit.

D’un album jeunesse à une BD, conte graphique engagé, il n’y a donc qu’un pas. Chaque chapitre est symbolisé par une fleur, ce qui enrichi la douceur et le côté printanier, réconfortant de cette histoire!

Seizième printemps est une histoire originale, moderne qui nous marquent en tant que lecteur, on tombe complètement et rapidement sous son charme.

Je ne connaissais pas le travail de Yunbo mais sa plume artistique d’une grande finesse m’a enchanté autant par la beauté de ses décors que par la palette des couleurs employées. Les couleurs me parlent toujours. Graphiquement, c’est sublime. Les illustrations sont douces, délicates. Le côté lumineux des illustrations, leur douceur et le réconfort qui en ressort laisserait présager une certaine mélancolie mais c’est tout le contraire qui se produit.

Cet ouvrage est une vraie dose d’optimisme, de bonheur malgré le thème principal et les sujets très fort évoqués par Yunbo. Cela invite avec profondeur le lecteur à se sentir à sa place dans ce livre mais aussi à partir à la rencontre de son ressenti, ses émotions. Personnellement, cela m’a invité à partir à la rencontre de mes rares souvenirs d’enfance mais surtout à la rencontre de ma propre histoire personnelle, du divorce de mes parents, des liens familiaux, du cœur et du sang, essentiels pour garder un équilibre lorsque l’on se retrouve face à la vie d’adulte en étant encore une jeune enfant.

Grâce à son ouvrage, j’ai trouvé que Yunbo s’attardait plutôt sur les réflexions pour avancer des divers personnages mais surtout Yeowoo afin de se centrer sur la construction personnelle de chacun et pas forcément la difficulté des divers évènements de vies vécus. Avec le recul, je pense pouvoir dire que la naissance de ma philosophie de vie bien à moi, a toujours chercher à retenir autant que possible le positif pour avancer vient beaucoup de mon histoire personnelle dès mon plus jeune âge.

Cette BD aux jolies couleurs du printemps est catégorisée jeunesse mais à mes yeux s’adresse autant à la jeunesse, qu’aux ados et aux adultes. C’est une belle histoire pleine d’espoir.

Et enfin, avant de clôturer cette bullette, je tenais à vous partager l’histoire de Yunbo car j’aime lorsque je découvre des artistes pour la première fois, prendre le temps d’en apprendre plus sur leur histoire, leur parcours. J’ai donc envie de le partager avec vous car je trouve cela très intéressant. « Née à Séoul (Corée du Sud) en 1983, Yunbo (Yun Bokyoung) a étudié l’art et la bande dessinée à l’université nationale de Kongju, puis à l’École européenne supérieure de l’image d’Angoulême dont elle est sortie en 2012 après l’obtention de son master en bande dessinée. Son mémoire de fin d’étude traitait des formulations simples pourtant fortement chargées de sens : lire la bande dessinée, regarder la bande dessinée. Alors que le premier est utilisé en français, le second s’emploie en coréen. Après ses études en France, elle rentre dans son pays pour y enseigner la bande dessinée dans plusieurs universités où elle suit également des cours doctorants. Elle participe en parallèle à des évènements autour de la bande dessinée, et collabore à des publications. En 2016, elle a été accueillie à la Maison des auteurs pour finaliser son projet Je ne suis pas d’ici, dans lequel elle aborde, dans un récit basé sur ses expériences, son rapport à la société française et les difficultés liées à l’expatriation. Ce projet, publié aux éditions Warum, fait écho à celui de Samir Dahmani Je suis encore là-bas (éditions Steinkis) qui évoque le retour d’une Coréenne dans son pays dont elle ne connait plus les codes. Ce projet autour de l’expatriation met en scène le regard que chacun porte sur la société de l’autre. YunBo y aborde dans un récit basé sur ses expériences son rapport à la société française et les difficultés à comprendre son fonctionnement. »

Je vous laisse aussi le lien d’une interview que j’ai lu

https://www.bdgest.com/news-1235-BD-Sans-Frontieres.html

Je ne sais pas vous, mais personnellement, je trouve toujours intéressant et enrichissant d’en apprendre plus sur le parcours des artistes. Cela peut être inspirant mais aussi nous donner envie d’en découvrir encore plus sur leurs cultures, etc…

J’espère que cette bullette vous aura plu et qu’elle aura pu vous faire faire une belle découverte ? N’hésitez pas à me faire vos retours et pourquoi pas me partager en commentaires vos dernières belles découvertes graphiques, je prends toujours beaucoup de plaisir à vous lire et échanger avec vous.

Une réflexion sur “Seizième printemps de Yunbo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s