Une journée parisienne – 4

Coucou,

Comme assez régulièrement sur le blog, je vous retrouve dans une nouvelle bullette « Carnet de bord »d’une de mes journées parisiennes. En effet, le 14 février dernier, je me suis rendu sur Paris pour une journée complètement dédiée à l’art avec mon papa. C’est un genre de journée que j’adore faire car elles sont extrêmement enrichissante et c’est aussi pour cela que j’aime vous les partager ici.

D’ailleurs, si vous aimez ce genre d’article et que vous n’avez pas encore lu les articles sur mes autres journées parisiennes, je vous laisse cliquer sur les liens à suivre (1, 2 et 3).

Pour ma part, je vous souhaite une très bonne lecture de cette nouvelle journée et j’espère que cela vous plaira 🙂

Le centre Pompidou

XJTD9158

Afin de débuter cette nouvelle journée parisienne, nous nous rendons tout d’abord au centre Pompidou qui est un musée que je n’avais encore jamais fais à Paris, que j’avais très envie de découvrir et que mon papa avait aussi très envie de découvrir. Nous avons donc profité de cette journée pour nous y rendre.

Le centre Gorges-Pompidou aussi communément appelé Beaubourg, est le centre national d’art et de la culture. C’est un lieu que l’on dit polyculturel qui a vu le jour grâce au président Pompidou qui était lui-même un très grand fan d’art moderne et contemporain. C’est ainsi qu’il a eu envie de vouer un lieu bien précis à la création moderne et contemporaine où les arts plastiques, les livres, la musique, le cinéma et le design cohabitent.

Une véritable découverte pour ma part et j’avoue que j’ai été impressionnée par l’architecture en elle-même qui le rend à la fois unique et original.

CZFP4550WULL2802JAVV4202

J’ai donc fait quelques photos afin de garder des souvenirs avant que nous rentrions dans le musée. En ce qui concerne l’accès PMR, il se situe sur le côté du bâtiment, le long de la place Stravinsky par l’entrée du personnel.

Une fois à l’intérieur du bâtiment, tout est entièrement accessible soit de plain-pied sinon il y a des ascenseurs de verres dans lesquels je ne me suis pas sentie très à l’aise au départ car je suis sujette au vertige mais finalement j’ai réussi à dépasser cette peur grâce à des exercices de respiration.

Pour cette première visite, nous nous sommes rendus au sixième et dernier étage afin de visiter les expositions temporaires. J’avoue que complètement entourée de verres ou plexiglas, quand on a le vertige dans les couloirs en forme de gros tuyaux, ce n’est pas ce qu’il y a de plus rassurant mais la vie en vaut le détour !

OITL2002KICO4053TZQX3779

Les toits de Paris ainsi que des monuments iconiques de la ville nous y attendent, j’ai donc pu faire quelques photos.

Après cette petite pause panoramique, il est maintenant temps de profiter de toute la diversité culturelle proposée par ce lieu.

Le cubisme

Nous débutons donc notre visité par l’exposition temporaire portant sur le cubisme qui n’est pas mon mouvement artistique préféré mais que j’apprécie quand même malgré tout car finalement il se veut être un véritable pilier dans la création artistique.

En effet, dans les œuvres cubistes, nous retrouvons des fragments d’images, d’objets, etc…sous forme abstraite que nous devons analyser et rassembler afin de définir ce que nous pouvons observer. Je trouve cela extrêmement intéressant et enrichissant car cela fait fonctionner l’esprit d’imagination et la créativité du spectateur, nous ne verrons pas forcément tous la même chose en tant que spectateur et nous ne voyons pas forcément non plus la même chose que l’artiste lui-même lorsqu’il a créé son œuvre. Ce qui finalement n’offre pas qu’un seul point de vue de l’art mais plusieurs et à mes yeux tout de moins, cela rend l’œuvre encore plus riche et intéressante. Souvent pendant la visite, j’étais devant une œuvre avec mon papa et je lui demandais ce qu’il voyait, des fois nous étions d’accord et des fois non, et nous n’apprissions pas forcément non plus les même œuvres. Le cubisme est un mouvement artistique d’avant-garde du 20e siècle, lancé par Pablo Picasso et Georges Braque afin de révolutionner la peinture et la sculpture européenne, en plus d’inspirer les mouvements liés à la musique et à la littérature. Et en effet, ils ont réussi car c’est un mouvement artistique majeur qui a changé le point de vue de l’art en lui donnant vie et même naissance de plusieurs façons grâce à la fragmentation des sujets mis en valeur dans chacune des œuvres créées par les artistes. C’est un mouvement artistique qui a connu plusieurs petites sous catégories, je ne vais pas tout développer ici car cela serait beaucoup trop long mais je vous invite à cliquer sur le lien suivant afin d’en apprendre plus. C’est un site internet qui illustre très bien je trouve les cours d’histoires des arts que j’ai appris depuis plusieurs années. Le cubisme permet donc en tout cas de rendre plus vivante et plus profonde une œuvre car au final sur une seule et même œuvre nous avons de nombreuses facettes présentées. Je ne sais pas ce qui vous en pensez mais je trouve que c’est un des mouvements artistiques qui nous invite le plus à réfléchir à ce que nous observons.

Pendant ma visite j’ai pris de nombreuses photos qui me permettent d’enrichir mes connaissances en histoire des arts et je vais donc en partager quelques-unes avec vous.

KJPC2872

Georges Braque : Broc et violon, 1909-1910, Huile sur toile.

ERVC0740

Pablo Picasso : Nature morte sur un piano, été 1911 – printemps 1912, Huile sur toile.

 

QFCU2854

Œuvre de gauche sur la photo :

Louis Marcoussis : Gaby, 1912, Pointe sèche sur papier vergé ivoire

Œuvre de droite sur la photo :

Louis Marcoussis : La belle martiniquaise, 1912, Pointe sèche sur papier de Chine.

BBTJ2180

Œuvre de droite en gros plan.

Je ne sais pas ce que vous en penser mais pour toutes les œuvres présentent dans les musées, elles sont toutes intéressantes mais parfois je trouve bien plus intéressante un travail de précision au crayon plutôt qu’une peinture. C’est un goût personnel mais je trouve que cela nous permet mieux d’admirer la précision du travail de l’artiste.

ONXD8471

Pablo Picasso : Guitare, Paris, janvier février 1914, Volume, Plaque de métal et fer.

D’un premier abord, je pensais que c’était du papier mais en lisant le cartel de l’œuvre je me suis rendue compte que non et j’ai trouvé l’œuvre encore plus intéressante.

RCTE6819VCVN4368

Sonia Delaunay : Le bal Bullier, 1913, Huile sur toile à matelas.

HHXA5804

Sonia Delaunay : La prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France, 1913.

Ce sont les deux même tableaux que cela soit à gauche ou à droite mais ils ont la particularité pour celui de gauche d’être une Huile sur toileet pour celui de droiteune Aquarelle, texte imprimé sur papier simili Japon, reliure parchemin peint. C’est ce qui différencie les deux œuvres qui portent pourtant le même nom. Je trouve cela vraiment extrêmement intéressante car on se rend bien compte que suivant la technique de réalisation, les matérieux utilisés, etc…l’œuvre peut avoir une autre importance.

Sonia Delaunay est probablement une de mes artistes favorites.

DNFT5161

Jean Metzinger : L’oiseau bleu, 1913, Huile sur toile.

Ces 4 carnets de mémoires que vous allez voir sur le photo suivante m’ont énormément plus et touché, je trouve que l’histoire qu’ils portent, car ils ont été réalisés pendant la première GM apporte encore plus de force, d’émotions et d’identités à chacune des œuvres qu’ils renferment.

LPMH9024

Ce sont toutes des œuvres réalisées par André Mare et ce sont des Encres et Aquarelles sur papier.

CXYW5161

Le quatrième carnet est celui dont l’œuvre représenté m’a le plus absorbée et c’est pour cela que je l’ai prise en photo en gros plan.

USIH4848

Vladimir Tatline : Relief d’angle, vers 1915 (reconstitutions, 1979), Fer, acier et zinc.

Je trouve cette œuvre très intéressante par le travail du cubisme avec les volumes mais aussi car cela permet la création d’une seconde œuvre cubiste par l’ombre.

Il y avait encore de nombreuses œuvres mais je vous propose ici, seulement une petite sélection car je ne peux pas tout vous présenter, cela serait beaucoup trop long.

Vasarely

Nous continuons notre balade au cœur des expositions temporaires du centre Pompidou et partons cette fois-ci à la découverte des œuvres de Vasarely.

TFBM4014

Victor Vasarely est né en Hongrie le 9 avril 1906. En 1925, après son baccalauréat, il entreprend de brèves études de médecine à l’université de Budapest, qu’il abandonne 2 ans plus tard. De cette période, Vasarely a gardé une volonté de méthode, d’objectivité, une soif de connaissance proche du monde scientifique.

C’est un artiste que l’on peut qualifier de singulier dans l’histoire de l’art du XXème siècle. Après avoir abandonné ses études de médecin, Victor Vasarely décide de s’inscrire aux beaux-arts (1927-1929), puis au Bauhaus de Budapest où il devient l’élève de Sandor Bortnyik. D’ailleurs, cette formation laissera des traces dans son art car on retrouve dans la perfection de son dessin, la trace de cette solide formation en architecture. Puis, cet article, découvre l’art abstrait par notamment le biais de Vassily Kandinsky et est influencé par le constructivisme, le cubisme et le surréalisme. Vasarely est également fasciné par la couleur et par l’optique.

Il s’intéresse aussi à la physique, à l’architecture, à l’industrie et souhaite créer son propre langage universel. Il crée sa fondation en 1976 à Aix-en-Provence, en concevant entièrement un bâtiment qui concrétise sa conception de l’art dans la cité. Vasarely met en place par la suite, un centre d’art contemporain ainsi qu’un laboratoire de rencontre et de recherche pour les artistes, les architectes, les ingénieurs car selon Vasarely, c’est seulement en équipe et en corps de métiers qu’un travail créateur est possible. C’est ainsi que chacun s’appropriera son art et petit à petit au fil des années il sera célébré dans les plus grands musées de la planète pour son génie créatif.

Victor Vasarely est mort le 15 mars 1997 dans un petit village de France à l’âge de 91 ans. Il est aujourd’hui reconnu comme le père fondateur de l’Op Art.

AJWL1089MLPR9279SQDW8666

BUTC8228

HYLA7983

Vasarely est un artiste que je connais grâce à mes cours et dont je trouve le travail très profond et presque hypnotisant si on s’y plonge longtemps. J’adore le travail d’illusion, de relief et de couleurs qu’il fait, je trouve qu’il donne vraiment une dimension bien à lui à chacune de ses œuvres.

QHHI8759

Nous avons maintenant terminé notre première découverte du centre Pompidou et j’en suis très contente.

Place Igor Stravinsky

Continuons la journée par un pique-nique sur la place Igor Stravinsky qui est un endroit que j’adore sur Paris, nous avons donc profiter du soleil pour y passer un petit moment.

L’occasion pour moi de photographier la fontaine Stravinsky.

CDMX5338NUEF3265

Ainsi que la fresque réalisée afin de rendre hommage à Dali.

WKKB2955

D’ailleurs, vous l’avez remarqué tout au long de cet article, j’évoque avec vous l’histoire des arts.

Savez-vous qui est Igor Stravinsky et connaissez-vous l’histoire de la Fontaine Stravinsky ?

Igor Stravinsky :

Igor Stravinsky est un compositeur, pianiste et chef d’orchestre russe naturalisé français puis américain, du XXe siècle. Véritable citoyen du monde, il se lie d’amitié avec toute une partie des grands noms de l’avant-gardiste parmi lequel se trouve notamment Picasso avec qui il crée un très fort lien d’amitié.

Son père chanteur et sa mère pianiste, Stravinsky est affecté par le manque de tendresse reçue dans sa jeunesse, et l’insistance de ses parents pour qu’il ne fasse pas de la musique son métier. Il suit donc des cours de Droit à l’université de Saint-Pétersbourg à partir de 1901, en même temps que des leçons d’harmonie et de contrepoint. A la mort de son père, il abandonne peu à peu le droit pour se consacrer entièrement à la musique. C’est ainsi que petit à petit, il va créer des œuvres majeures dans le monde même si ses compositions, par leur aspect provocateur ne respectant pas les codes classiques, ne plaisent pas à tous et suscite parfois la moquerie et le scandale.Il aura tout de même une forte carrière jusqu’à sa mort en 1971.

Fontaine Stravinsky :

À la croisée des arts, la fontaine Stravinsky créé un lien entre la modernité du Centre Pompidou et les arches gothiques de l’Eglise Saint Merri. C’est une œuvre qui associe à son esthétique singulière les éléments architecturaux du lieu tout en soulignant le dynamisme propre à ce quartier de Paris, elle offre un contraste saisissant entre le plan d’eau et l’espace minéral de la place. Cette fois-ci j’y étais présente en hiver mais normalement quand il faut beau, cette œuvre offre un spectacle musical avec des jeux d’eaux ainsi que la couleur des sculptures. Cette œuvre a été imaginée par Niki de St Phalle et Jean Tinguely.

Pierre Boulez, fondateur et directeur de l’Institut de Recherche et de Coordination Acoustique et de Musique dont les cinq niveaux souterrains se trouvent sous la place Stravinsky qui est à l’origine du projet de cette commande publique de la Ville de Paris en partenariat avec le Ministère de la Culture et le Centre Pompidou.

Cette œuvre est un véritable hommage au compositeur russe Igor Stravinsky dont je vous ai parlé précédemment. La fontaine-sculpture reprend des éléments figuratifs de son œuvre tout en évoquant le rythme et la musicalité. En perpétuel mouvement, c’est une œuvre qui se renouvelle elle-même grâce aux multiples points de vue mais aussi grâce aux regards des spectateurs, au soleil, etc…Personnellement, je trouve que c’est une œuvre majeure qui manquerait à cette place et y enlèverait tout son charme si elle était amenée à disparaître.

Et maintenant, savez-vous qui est Salvador Dali ?

Salvador Dali né en 1904 au nord de la Catalogne, la région de son enfance qui aura toujours une place privilégiée dans son œuvre comme dans sa vie. Très jeune, il manifeste une attirance pour l’art figuratif et la peinture, révélant ainsi sa personnalité originale et inspirée.

De 1921 –1927, Dali va faire ses études. Alors qu’à Paris le dadaïsme est à son apogée, Dalí est admis à l’Institut San Fernando, l’École des beaux-arts de Madrid. Il y perfectionne sa connaissance de la sculpture, du dessin et de la peinture mais contestant fortement les compétences de ses professeurs, Dalí est expulsé des Beaux-Arts de Madrid : il en sera exclu en 1922 pour incitation à la rébellion des élèves de l’école. C’est à cette époque que tandis qu’au cours de son premier voyage en 1926 à Paris il fera la connaissance de Picasso.

À Paris, Dalí fait la connaissance d’André Breton, Paul Éluard, Magritte, etc.…et rejoint officiellement le groupe surréaliste (1928-1937). Pendant la Seconde Guerre mondiale, Dalí et sa muse s’installent aux États-Unis où y resteront jusqu’en 1948. Ces années ont été très importantes pour lui car c’est pendant cette période que sa carrière d’artiste déjà un peu développé en France grâce au mouvement surréaliste va exploser. En effet, le musée d’Art moderne de New York offre à Dalí sa première exposition rétrospective en 1941 ce qui va le faire grandir dans le métier d’un coup. Au fil des années, Dali va devenir de plus en plus prolifique : il écrit et illustre des livres, conçoit décors et costumes pour des opéras, tourne des films, élabore de nouvelles théories, sculpte, dessine, crée des bijoux et des meubles, mélange techniques artistiques, son génie n’a pas de limites dans l’art.

En 1974, Dali inaugure le « Teatro Museo Dali » en Espagne. Cet événement a été suivi de rétrospectives à Paris et à Londres jusqu’à la fin de la décennie. Après la mort de son épouse, en 1982, la santé de Dali commence à décliner. À la suite de l’incendie de sa maison en 1984, il fut brûlé et, dès lors, son état de santé se détériore. Deux ans après, on lui implante un stimulateur cardiaque. Il meurt en 1989 et c’est alors la fin de la carrière d’un immense artiste même si il est toujours aujourd’hui reconnu comme l’un des grands maitre de sa génération.

Le Grand Palais

FKDB2183FDPS0744NBVX7776

Une fois notre pause déjeuner terminée, nous prenons la direction du Grand Palais où avait lieu le Salon Art Capital qui est le salon des artistes français, salon du dessin & de la peinture à l’eau, salon des artiste indépendants et le salon des comparaisons. C’est un salon que j’avais très envie de faire car il réunit les 4 salons dits « historiques »du Grand Palais, c’est donc un salon qui s’est imposé sur la scène artistique française comme une manifestation majeure et le plus grand rassemblement d’artistes en France.

Je vous laisse donc profiter des quelques photos que j’ai fait, par contre je m’excuse mais avec la fatigue de la journée j’ai complètement oublié de prendre les cartels avec le nom de chaque artiste en photos, ce qui n’est pas bien car cela ne permet pas de rendre hommage au merveilleux travail de chaque artistes mais j’avais malgré tout envie de vous en parler.

BEYF0354

Un très beau tableau hommage au très grand et défunt chef Paul Bocuse.

YIMS6811BDCF7520GRWN0191

PIGY9375

DGCO8340HHTX4976

Un somptueux gorille très imposant réalisé à partir de carton, j’ai trouvé cette œuvre très chouette car je trouve qu’elle fait passer divers messages, cela de la protection du monde animal et des espèces en danger ainsi que celui du recyclage pour protéger notre planète ainsi que les espaces naturelles dans lesquels vivent les animaux. C’est une interprétation personnelle mais je trouve que c’est ce qui ressort de cette œuvre avec ce regard intense que nous lance ce gorille comme si il nous surveillait.

DDMR3572

LPUQ9002

DJYI2639

KJCK1048

PDLY9372FLCS5181

UZZA5839

LOGF8027

PJZM4709

QCWN2367

PFRA2243KJWH3091WEQH9584QEIK8627XWFO6564

Ces 3 œuvres sont mes coups de cœur du salon, je les trouve vraiment somptueuses et surtout j’ai été impressionnée par le travail technique fournit par l’artiste qui a travaillé principalement avec du papier kraft.

FKDA6702LOHA3668

Un peu comme le gorille tout à l’heure, je trouve que cette œuvre est un travail engagé qui sensibilise le spectateur.

DGBD1488XNKD0455

Et enfin, ces deux dernières photos illustrent le travail d’un artiste musicien qui accompagne chacune des œuvres, artistes et spectateurs du salon en jouant des morceaux au piano. J’ai trouvé vraiment cela fantastique !

Le salon Art Capital est un super salon qui m’a fait passer de très bon moment, j’en suis ravie ! Cela me donne encore plus envie de créer et me passionner pour l’art.

Petit balade sur les bords de Seine au coucher du soleil afin de terminer la journée en beauté

Avant de reprendre la route pour retourner à la maison, nous avions envie avec mon papa de nous accorder une petite balade au coucher du soleil afin que je puisse m’amuser un peu avec mon appareil photo et laisser libre cours à ma créativité.

Je vous laisse donc en compagnie de ces quelques photos, bonne fin d’article 🙂

PWYQ5191

Le Petit Palais

DINH5238ENDW8553MBGD2096

Le Pont Alexandre III

JUGI400478A7F2A8-28CC-474B-AAD7-DBB56A04DFE2

La Tour Eiffel avec ce soleil éblouissant

CQOO2160YHZP4456

L’avenue des Champs Élysées avec une vue sur l’Arc de Triomphe au coucher du soleil.

Ce nouveau carnet de bord est maintenant terminé, j’espère qu’il vous aura plu. N’hésitez pas à venir discuter avec moi, me donner vos ressentis ? Me dire si vous aussi vous faites ce genre de journée ? Tout ce que vous souhaitez afin que l’on puisse discuter dans les commentaires 🙂

2 réflexions sur “Une journée parisienne – 4

Répondre à lesbullettescolorees Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s