Les petites victoires d’Yvon Roy

Coucou,

Avis coup de cœur graphique dans cette bullette. Je vous retrouve afin de vous parler d’une lecture que j’ai fait lors du mois en bulles. Il s’agit de la BD « Les petites victoires »d’Yvon Roy.

J’espère que mon avis vous donnera envie de lire cette BD, bonne lecture 🙂

Qui est Yvon Roy ?

Yvon Roy est un auteur et illustrateur canadien qui vit au Québec, près de Montréal.
Il a réalisé, en collaboration avec Jean-Blaise Djian, l’adaptation en bande dessinée du roman phare d’Yves Thériault, Agaguk, ainsi que plusieurs contes pour enfants. En 2017, il publie dans la maison d’édition Rue de Sèvres le roman graphique Les Petites Victoires. C’est une œuvre autobiographique sur le thème de l’autisme.
Il a aussi été président de l’Association des illustrateurs du Québec.

Cela fait longtemps maintenant que j’avais envie de découvrir son univers, c’est chose faite et je suis ravie !

Résumé

Comment dire à son fils tant désiré qu’il est le plus formidable des petits garçons malgré le terrible diagnostic qui tombe comme un couperet : autisme, troubles psychomoteurs, inadaptation sociale…
C’est le combat que va mener ce père, resté uni à sa femme malgré leur séparation, pour transformer ensemble une défaite annoncée en formidables petites victoires.

Pourquoi cette BD est-elle un coup de cœur ?

Une balade en librairie spécialisée lecture graphique chez moi, ne pouvez pas avoir lieu sans que je fasse de jolies découvertes. Et en effet, il y a certains titres que j’ai pris en photos afin de les garder pour plus tard et il y a celui-ci que j’ai acheté. Cela faisait déjà un moment que j’avais envie de lire cette BD et cette fois-ci je me suis enfin décidée à sauter le pas. Je ne suis pas déçue car j’ai passé un moment de lecture merveilleux.

Cet ouvrage graphique est un récit autobiographique que nous propose Yvon Roy, il introduit son histoire par un avant-propos que je trouve essentiel de vous citer afin de comprendre ce qu’il souhaite nous transmettre à travers sa plume et son univers graphique :

« J’ai longtemps hésité…

J’ai longtemps hésité avant de faire ce livre. L’idée m’avait d’abord été suggérée par une éducatrice spécialisée qui avait travaillé avec mon fils. Elle pensait que ce que nous avions accompli ensemble méritait d’être partagé afin que d’autres parents puissent trouver, à travers notre expérience, quelques informations utiles, sinon un peu d’espoir.

J’ai eu du mal à me décider parce que je savais que me plonger dans le passé risquait d’être douloureux ; mais tant de personnes de mon entourage me conseillaient d’écrire notre histoire…On n’allait pas me laisser tranquille !

Aussi, la voici, cette histoire. Sous forme de bande dessinée. Il ne s’agit pas d’un ouvrage sur l’autisme –je laisse ça aux spécialistes -, même si cette condition est au cœur de mon récit. Il était important pour moi de faire un livre qui s’adresse à tous les parents, puisque chacun sans exception aura des défis à relever avec son gamin, le plus grand d’entre eux étant d’aimer sans condition et sans jamais faiblir, qu’importe l’enfant qui nous est donné.

Yvon Roy»

J’ai aimé lire cette petite introduction que nous propose Yvon Roy car elle permet de se mettre un peu à sa place et ainsi de comprendre exactement le point de vue qu’il souhaite nous exprimer à travers son œuvre. Je trouve d’ailleurs que c’est essentiel afin que le lecteur puisse bien comprendre le sens exact de ce récit. J’aimerais votre point de vue, aimez-vous les avant-propos dans un livre ? Personnellement, j’aime beaucoup lorsqu’ils sont présents avant de nous raconter l’histoire d’une œuvre, je trouve que cela nous invite encore plus à la découvrir.

Maintenant que je vous ai donné mes impressions sur ce début de ma lecture, je vais évoquer avec vous l’histoire. À première vue, nous pouvons nous dire que c’est une histoire de vie paisible, comme toutes les autres, un couple amoureux, Marc et Chloé qui sont ensemble depuis de nombreuses années et souhaitent faire évolution leur relation en fondant une famille. Un joli projet de vie à construire ensemble. C’est ainsi que quelques mois plus tard, ils vont donner naissance à leur premier bébé : Olivier. Une nouvelle aventure qui commence, les parents et le petit garçon s’apprivoisent, ensemble ils vivent des moments de bonheur précieux.

Sauf qu’au fil des mois, le jeune couple se rend compte que malgré le fait que leur fils grandisse, ce n’est pas comme les autres enfants. Alors d’un premier abord j’aurais tendance à dire que dans la vie nous sommes tous différents et que nous avons donc tous une évolution différence mais à 18 mois, il est tout à fait normal de se rendre compte que même si ce petit garçon évolue, c’est différent. En effet, à son âge, il n’a toujours pas prononcé de mots, il ne sourit jamais, n’arrive pas à regarder les autres dans les yeux, a du mal à communiquer, ne supporte pas les câlins, fait des crises pour des raisons difficiles à comprendre pour son entourage, semble absent comme si il était ailleurs, etc… Le jeune couple décide donc d’en parler avec les médecins, de faire passer des examens dans une clinique à leur fils afin de comprendre ce qui se passe mais surtout se mettre à sa place et ainsi pouvoir l’aider à grandir comme tout enfant. Suite aux examens, le diagnostic tombe, aussi imprévisible que saisissant : Olivier est un petit garçon autiste.

L’autisme est une maladie « courante »qui touche bon nombre de personnes, directement ou indirectement. Je vous laisserai aller lire sur internet si vous souhaitez en apprendre un peu plus. C’est ce que j’ai fait car ce n’est pas une maladie que je connaissais vraiment, j’en avais entendu parler bien évidemment mais je voulais en savoir plus et vous le savez j’aime beaucoup apprendre sur des sujets forts et importants car je trouve essentiel de comprendre le monde qui nous entoure et toutes les personnes qui le composent.

L’annonce est un choc pour les parents qui ne savent que très peu de choses sur cette maladie qui bien que plutôt connue reste encore beaucoup trop méconnue mais Chloé et Marc vont penser qu’à une chose, voir s’épanouir et être heureux leur fils. Malheureusement, c’est un combat qu’ils vont mener ensemble tout en étant chacun de leur côté car ils vont se séparer.

Ce qui m’a vraiment touché c’est la réaction de Marc, le papa, qui va décider de s’occuper de son fils afin qu’il puisse mener la vie la plus normale possible. « L’autisme est encore peu connu. Je me dis qu’en observant mon fils, j’en saurai plus que quiconque sur son autisme à lui. »alors cette histoire, c’est bien évidemment l’histoire de toute cette petite famille mais j’ai aussi envie de dire que c’est l’histoire d’un père et de son combat au quotidien pour que son fils ait une vie comme celle des autres. Yvon Roy nous livre un témoignage plein d’espoir qui dépasse à mes yeux le cadre de l’autisme. Comment aimer son enfant quand il est différent de ce que l’on aurait souhaité ? Comment lui permettre de s’épanouir et de progresser ? Comment faire face au regard de la société ? Et de nombreuses autres questions mais personnellement, je trouve que Chloé et Marc ont eu la réaction que tout le monde devrait avoir. Forcément apprendre que son enfant tant désiré est malade n’est pas quelque chose d’évident mais cela reste une famille, un enfant que l’on a souhaité alors oui il est différent mais ce n’est pas pour autant qu’il ne doit pas être aimé et apprécié comme il est. C’est ce message que nous fait passer l’auteur. Je ne suis pas maman donc je ne pourrais pas dire ce que l’on ressent à la place des parents mais je trouve qu’Yvon Roy nous transmet un merveilleux message.

Cela fait plusieurs années maintenant que je suis malade et personnellement, cela n’a pas été facile et ce n’est toujours pas facile pour mes proches de se dire que je suis malade, néanmoins, je n’aurais pas apprécié de vivre un rejet à l’annonce de la maladie car je reste un être que l’on a voulu et ma maladie ne change pas celle que je suis.

À travers ce récit, nous allons donc surtout suivre Marc, ce papa qui va tout donner pour son fils, parce qu’il n’y a pas d’enfants ni d’adultes identiques, parce qu’un enfant autiste n’aura pas les mêmes réactions qu’un autre enfant autiste, ce papa va se battre au quotidien pour faire évoluer son petit garçon. Et ça, c’est un vrai papa, je suis très émue de lire à quel point il décide de se battre pour son enfant parce qu’il refuse la fatalité et qu’il veut que son fils puisse heureux avec une vie la plus normale possible. D’ailleurs, il a tellement une merveilleuse attitude avec son fils qu’il a du mal à se dire qu’il faut accepter les différentes procédures qui sont mises en place pour la prise en charge médicale et scolaire de ce dernier. Les rencontres avec les différents médecins le déstabilisent mais finalement il va prendre tout cela comme une aide et il va ainsi faire en sorte de créer des liens afin de continuer à faire évoluer encore plus Olivier. Gardant un lien bienveillant avec Chloé il lui confiera « J’te jure, si je les écoute tous, Olivier n’arrivera jamais à lire ni à écrire, peut-être parler, si on est chanceux. Je veux bien accepter leur diagnostic, j’ai pas trop le choix, mais le pronostic, ils peuvent le rouler serré et ce le mettre là où je pense. ».

Et effectivement, à force d’une obstination dans laquelle il puise sans cesse pour trouver la force de continuer, ne pas baisser les bras face aux angoisses de son fils et toujours, aider ce dernier à gagner du terrain sur son handicap, il va observer petit à petit des petites victoires qui sont finalement très grandes. Le scénario est donc assez simple, nous allons suivre la vie quotidienne avec tous les petits stratagèmes mis en place par ce papa pour sortir son fils de son enfermement, pour le rendre le plus autonome et le plus heureux possible. Nous allons suivre leurs aventures dans le sport, l’école, les sorties à l’air de jeux, les vacances, etc…des moments de vie simples qui se transforment parfois en combat.

C’est vraiment un très bel ouvrage une très jolie BD qui m’a fait passer un excellent moment ! Pour parvenir à réaliser cet album, Yvon Roy s’est appuyé sur des anecdotes qu’il a vécues avec son fils de la naissance jusqu’à son huitième anniversaire. Il n’utilise pas les vrais prénoms des différentes personnes car cela lui permet de conserver une certaine pudeur et respect de sa vie privée. Cette bande dessinée, vous l’aurez compris est donc un témoignage de ce qu’il est possible de réaliser avec du temps, une patience hors du commun et beaucoup d’amour.Une BD issue de l’expérience personnelle de l’auteur qui montre la belle relation entre un père et son fils. Une BD pleine de charmes avec des dessins noir et blanc qui illustrent parfaitement les propos qu’il nous relate. J’avoue que mon côté étudiante en illustration s’est posé la question du choix du noir et blanc comparé à la couleur et finalement je trouve que cela permet de rester dans la simplicité expressive voulu par l’artiste malgré la présence très forte d’émotions et de réflexions. Les dessins aussi reste sobre, doux, expressif et joyeux, ce qui est idéal pour faire passer tout ce qui nous est raconter ici.

En conclusion, Yvon Roy, papa d’un enfant autiste, n’a ici pas la prétention de fournir un guide pour les parents qui sont dans le même cas que lui, ni de faire un ouvrage sur l’autisme mais de montrer comment ses méthodes d’éducation on permit de contourner d’une certaine façon ce diagnostic. C’est un peu sa façon d’aider les couples à appréhender cette maladie et de partager son histoire, poussé par son entourage qui l’encourageait dans ce sens. C’est un témoignage profondément intime, touchant et émouvant d’un papa déterminé, confiant, patient qui refuse la fatalité et qui, coûte que coûte, se bat pour son fils afin qu’il ait une vie sociale épanouie. C’est aussi un message de soutient qu’il envoie aux familles qui vivent cela. C’était vraiment une très jolie lecture.

Ce que je vais retenir de ma lecture

Je retiendrai ce beau message que nous fait passer ce livre, toute personne et tout enfant peut s’épanouir contre toutes attentes et cela malgré un diagnostic, on pourrait dire que c’est un pied de nez aux spécialistes car en définitive avec de la patience, de l’amour, un soupçon de créativité, quelques aides et quelques petites choses faites différemment, on réussit de belles victoires ! Cela vaut ici pour l’autisme mais c’est valable pour tout dans notre société, le handicap aussi, etc…

J’espère de tout cœur que mon avis vous aura plu, que j’aurais réussi à vous transmettre pourquoi ce livre est un coup de cœur et pourquoi j’ai envie que vous découvriez ce témoignage graphique. N’hésitez pas à venir discuter avec moi, me faire vos retours, me dire ce que vous avez pensé de mon avis, si vous avez déjà lu cette BD ou si vous avez envi de la lire, etc… ?

Publicités

Une réflexion sur “Les petites victoires d’Yvon Roy

  1. Ping : Bilan de mes challenges : Cold Winter Challenge et Mois en bulles – « Rêve ta vie en couleurs, c’est le secret du bonheur. » Walt Disney.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s