Capitaine Rosalie de Timothée de Fombelle et Isabelle Arsenault

Coucou,

Avis coup de cœur pour un album dans cette bullette. Je vais vous parler de Capitaine Rosalie de Timothée de Fombelle et Isabelle Arsenault.

C’est un album que j’avais acheté afin de le lire avec ma petite sœur mais finalement je l’ai lu toute seule car elle n’avait pas envie de le lire.

D’ailleurs, avant que j’avoue, il s’agit d’une de mes lectures pour le Mois en bulles.

Je suis ravie de ma découverte et j’espère de tout cœur que mon avis vous donnera envie de plonger dans cet album rempli d’émotions.

Une dernière petite chose avant de commencer à vous donner mon avis, je m’excuse pour cette photo qui est flou, malheureusement elle fait partie d’une série de photos que j’ai fait qui sont devenues flous au moment du passage sur l’ordinateur, un petit souci technique mais malheureusement dans un souci d’énergie je n’ai pas eu la force de refaire cette photo, elle restera donc un peu flou et je m’en excuse. Avec le recul et après avoir écrit mon article je me dis que cette photo prend une forme artistique malgré ce souci technique, comme si toute l’émotion que j’avais ressenti lors de ma lecture était apparu devant ma photo.

Qui sont Timothée de Fombelle et Isabelle Arsenault ?

Timothée de Fombelle

C’est un auteur et dramaturge français qui se passionne dès son plus jeune âge pour le théâtre et l’écriture. En 1990, il fonde les «Bords de Scène», une compagnie théâtrale étudiante, qui sera le laboratoire de ses premiers textes. À cette période-là, il devient aussi professeur de lettres et enseigne dans la région parisienne ainsi qu’au Vietnam.

En 2001 sa pièce de théâtre «Le Phare» est présentée au public au théâtre du Marais avec le comédien Clément Sibony. Cette même pièce reçoit le «prix du Souffleur». Dans les années qui vont suivre, Timothée de Fombelle va publier de nombreux ouvrages tout en continuant à créer des pièces de théâtre.

Isabelle Arsenault

Isabelle Arsenault est une illustratrice reconnue et primée à plusieurs reprises sur la scène internationale. Elle est l’illustratrice de nombreux ouvrages graphiques qui sont parus en librairie, j’avoue que je n’avais jamais eu la chance de prendre le temps d’admirer un album avec ses illustrations mais je le connaissais de nom, je suis donc ravie de la découvrir dans « Capitaine Rosalie »surtout que j’ai eu un coup de cœur pour son trait. Elle a été lauréate du Prix Littéraire du Gouverneur Général en illustration à trois reprises et deux de ses livres ont été nommés dans la liste des 10 meilleurs livres illustrés selon le New York Times. La poésie exprimée à travers ses univers graphiques, la douceur de son trait et la puissance que l’on retrouve dans ses dessins ont fait d’elle une des illustratrices québécoise les plus connues et estimées.

Le résumé

Hiver 1917. Une petite fille courageuse traverse la guerre avec une idée fixe. Elle recherche la vérité et rien ne pourra l’arrêter…

Rosalie a cinq ans et demi. Son père est au front et sa mère travaille à l’usine. Alors, même si elle n’a pas encore l’âge, Rosalie passe ses journées à l’école, dans la classe des grands. On croit qu’elle rêve et dessine en attendant le soir. Mais Rosalie s’est fabriqué une mission, comme celles des véritables soldats. Elle est capitaine et elle a un plan.

Pourquoi ce livre est un coup de cœur pour moi ?

Avant de développer mon avis coup de cœur je souhaite vous précisez que cet avis a été écrit au fil de ma lecture ce qui m’a permis de vous glisser quelques citations que je trouvais vraiment merveilleuses ou pleines d’émotions.

D’ailleurs, cela commence dès le début de ma lecture :

« J’ai un secret.

On croit que je dessine dans mon cahier, assise sur le petit banc, sous les portemanteaux, au fond de la classe.

On croit que je rêve en attendant le soir. On m’appelle Rosalie. Et le maitre d’école passe à côté de moi quand il fait la dictée à ses élèves.

Il pose sa main sur mes cheveux.

Mais je suis un soldat en mission.

J’espionne l’ennemi.

Je prépare mon plan.

Capitaine Rosalie. »

Ce premier extrait qui introduit notre lecture me laisse déjà sans voix car il nous transmet beaucoup d’émotions. On ressent déjà la force de ce que va vivre cette petite fille, notre capitaine Rosalie.

Je poursuis ma lecture avec ces mots toujours aussi beau, aussi fort, aussi chargé en émotions jusqu’à une journée où la petite Rosalie n’est plus capitaine, seulement le temps d’une journée car il neige beaucoup du coup elle a la chance de pouvoir profiter de sa maman. Une journée vue par des yeux d’enfants éblouie par la douceur et la légèreté de tout cela alors qu’au loin résonne la guerre, ce qui bien évidemment nous transmet beaucoup d’émotions…sauf que quelques mots plus loin, une vague de submersion nous emporte ou une grosse tempête de neige, des émotions mais cette fois-ci bien plus triste « Mais plus tard j’entends frapper au carreau. J’entends quelqu’un parler à ma mère dans la pièce d’à côté. Je n’arrive pas me réveiller. Il y a un homme qui est venu la voir pour lui dire quelque chose. Je reconnais la voix du gendarme. Mes yeux restent collées. Et puis j’entends un cri. Un cri très long et très bas qu’on essaie d’étouffer. Mais je ne comprends pas si je rêve ou si c’est vrai. »des mots que je vous cite ici en extrait et que je ne pense pas avoir besoin de développer…ils m’ont laissé un long moment sans voix avec les larmes aux yeux, j’étais emportée dans l’histoire et je ne m’y attendais pas du tout…Le père de Rosalie parti à la guerre vient de décéder…

Reprendre le fil de ma lecture pour terminer ce merveilleux ouvrage n’a pas été chose aisée. Mais cette histoire est tellement merveilleuse et forte que je me dois de la continuer.

Je retrouve donc ma petite aventurière Capitaine Rosalie, les choses sont forcément différentes lorsque l’on perd son père à la guerre et pourtant cette petite fille reste forte. Elle reste capitaine Rosalie en mission, mais quelle est cette mission ?

Cela m’intrigue de plus en plus mais je ne vais pas tarder à avoir ma réponse : « Je me bats pour cela depuis des mois. C’était ma mission. Je sais lire. ».

Une merveilleuse mission pour cette petite fille qui ne rêve que d’une chose, pouvoir lire seule les lettres envoyées par son père. Mission accomplie, elle va pouvoir le faire.

Elle peut maintenant découvrir une à une les lettres écrites par son père, des lettres fortes toujours accompagnées de dessins, jusqu’à la lettre bleue de cette nuit d’hiver…

« Je prends le carré bleu de la lettre.

Je vais m’asseoir à la table. Je l’ouvre. Ministère de la guerre.

Ces quatre mots écrits tout en haut.

Je lis seulement ceux qui viennent à moi. Madame, regret, douleur, et puis le nom de mon père en entier. Et puis cinq autres mots comme cinq coups de canon dans le soir tombant.

Mort en héros au combat.

Ces mots résonnent longuement dans ma nuit. Ils font éclater un nuage de poudre autour de moi.

Mort en héros au combat. »

À partir de ce moment-là, je n’ai plus écrit pendant ma lecture car je ne trouvais plus les mots, je finis donc mon avis coup de cœur quelques jours après une fois que j’ai retrouvé mes mots. Je pense que vous avez pu le constater par vous-même mais ce dernier extrait se veut très fort et poignant encore plus quand on s’imagine lire cela à la place de Rosalie, de quoi complètement nous bouleverser.

Les illustrations douces et la plume poétique atténuent ce bouleversant récit. Timothée de Fombelle et Isabelle Arsenault sont le duo parfait pour faire de cette histoire un merveilleux coup de cœur qui nous reste en tête tellement il est marquant. C’est un album jeunesse qui fonctionnera autant sur les adultes que les enfants, il évoque de manière juste et poignante la guerre de 14-18. Je pense d’ailleurs que une lecture par des yeux d’adultes et une lecture par des yeux d’enfants n’aura pas la même portée d’un point de vue émotions.

Cette histoire est extraordinaire, inoubliable, bouleversante. C’est le genre de livres qui nous marquent pour toujours. J’adore l’esthétique de l’album, le format est pratique pour la lecture, le texte est lisible et les illustrations ne dévorent pas le texte, elles le complètent en apportant un peu de lumière, de douceur tout en restant dans une atmosphère très sobre avec des tons noirs, gris, un peu bleuté et orangé. La jaquette s’enlève et l’on peut découvrir une somptueuse illustration en dessous. Isabelle Arsenault a fait un travail d’illustration très émouvant que j’admire beaucoupc’est poétique, doux, magnifique, tout en respectant la force que Timothée de Fombelle a donné à son texte. Rosalie est une petite fille déterminée, très forte et émouvante. Je suis ravie d’avoir lu cet album, par contre, au tout début de mon article je vous disais que c’est un album que j’avais envie de découvrir avec ma petite sœur mais finalement je suis contente de l’avoir découvert seule car bien évidemment je recommande cet album à tout le monde, petits et grands sauf que je pense qu’actuellement ma petite sœur est encore un peu petite pour le lire et découvrir la force de ce récit. Elle n’a que 7 ans donc peut-être plutôt lorsqu’elle aura 8 ou 9 ans. Une chose est certaine, je lui ferrais lire un jour car je pense qu’il est important qu’elle découvre ce sujet afin de comprendre l’histoire passée vécue par sa nation.

J’espère que cet article vous aura plu. Pour ma part, j’ai pris énormément de plaisir à l’écrire. J’aime beaucoup vous parler de ces ouvrages à l’univers graphique que j’aime tant. N’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de mon avis, si vous connaissez cet album, etc… ?

3 réflexions sur “Capitaine Rosalie de Timothée de Fombelle et Isabelle Arsenault

  1. Ping : Bilan de mes challenges : Cold Winter Challenge et Mois en bulles – « Rêve ta vie en couleurs, c’est le secret du bonheur. » Walt Disney.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s