Seper Hero : Le voyage internet qui a donné sens à ma vie de Marine Barnerias

Coucou,

Dans cette bullette je vous retrouve pour vous parler d’un livre méga coup de cœur pour moi et qui me fait énormément de bien. Je vais même qualifier cette lecture de coup de foudre littéraire. Ce livre qui m’a fait passer un moment aussi merveilleux est celui de Marine Barnerias : Seper Hero.

Alors qui est Marine ? Quel est ce projet Seper Hero ? Pourquoi est-ce que j’adore autant ?

Je vous invite à lire la suite de mon article pour le découvrir. Je m’excuse par avance pour cet article qui va être très long mais je voulais vraiment faire un article qui me permettait de vous transmettre parfaitement ce que j’ai ressenti durant toutes mes lectures.

Je vous souhaite une bonne lecture 🙂

Résumé

Le 3 avril 2015, on diagnostique à Marine, jeune étudiante dynamique de 21 ans, une sclérose en plaques, appelée plus communément SEP. L’urgence de la situation, le besoin de prendre une décision quant à la prise d’un traitement ou non et le manque d’informations, l’amène à s’interroger. « La maladie c’est toi qui l’as, il faut donc chercher la solution en toi ».

Son traitement ? Réaliser un projet rêvé : le voyage. Trois pays seront traversés : «La Nouvelle-Zélande sera mon terrain de jeux pour redécouvrir mon corps, mieux le ressentir pour mieux le défendre. En Birmanie, j’irai secouer mon esprit par la méditation pour aiguiser ma meilleure arme contre la SEP. La Mongolie sera l’étape-bilan à la rencontre de cette âme souvent délaissée alors qu’elle porte notre mémoire. Dans quel but ? Retrouver mon équilibre que la SEP tente de rompre. »
Par ce livre, Marine s’adresse à chacun de nous. Apprenons à nous faire confiance, croire en nos rêves. Son ambition ? «Faire fleurir chez d’autres une envie de s’envoler, car ne l’oublions pas, tout est possible. »

Pourquoi ce livre est un coup de foudre pour moi ?

Avant de vous donner mon avis, j’avais envie de vous raconter une petite histoire. Marine Barnerias est une jeune femme que j’ai découvert un dimanche soir sur TF1 lors d’une interview pour Sept à huit il me semble. Tout de suite, en l’entendant parler je me suis retrouvée, et cela s’est confirmé pendant ma lecture mais vous le verrez par la suite. Alors dès la sortie en mai 2017 de son livre, je l’ai dévoré et depuis il n’est jamais bien loin de moi car j’aime prendre le temps de le lire et relire. Je l’ai même en livre audio car il est sorti lu par Marine Barnerias elle-même et je souhaitais vraiment entendre Marine me raconter son histoire, c’est vraiment merveilleux. Seper Hero est une histoire de vie que j’ai lu de nombreuses fois, tellement que je serais bien incapable de vous dire combien et que j’ai aussi énormément écouté.

Maintenant que je vous ai raconté cette petite histoire, je vais pouvoir vous donner mon avis. Afin de vous emmener vraiment avec moi pour vous faire ressentir au mieux ce que j’ai ressenti tout au long de ma lecture, je vais accompagner mon avis de citations écrites par Marine.

Marine est une jeune femme qui me ressemble beaucoup, je l’ai su tout de suite en la découvrant sur TF1 et ensuite cela m’a vraiment frappée dès les premières lignes lues. Cette ressemblance débute, vous l’aurez remarqué par nos prénoms, mais cela ne s’arrête pas là.

En effet, ma lecture débute par un petit mot des « amies pour la vie »de Marine dans lequel elles la décrivent comme elles la connaissent au quotidien. Un petit mot qui fait du bien, qui m’a fait sourire même si c’était un peu déstabilisant car je m’y retrouve sur bien des points. Je me permets de vous citer un extrait « Toujours là pour nous faire rire, elle ne rate jamais une occasion de faire une boulette (ce n’est pas pour rien que l’on l’appelle « Gaston La Gaffe ») ». Cet extrait me correspond beaucoup, ce n’est pas pour rien que je fais partie du club Gaston La Gaffe dans ma famille J

Continuons avec une préface écrite par Frédéric Lopez, vraiment très émouvante dans laquelle il a des mots très juste et remplis d’émotions. De quoi nous donner un avant goût pour nous convaincre de plonger complètement dans cette Seper aventure. Il décrit Marine comme « un être solaire que l’on oublie pas »qui dit que « la maladie a donné un sens à sa vie ». Frédéric Lopez a écrit une merveilleuse préface, d’ailleurs je vous mets le lien de l’émission où il avait reçu Marine si vous souhaitez la voir.

Pour ma part, je souhaite retenir deux extraits qu’il a écrit, le premier est celui-ci « Pour peu que nous changions de point de vue, nos expériences bonnes ou mauvaises valent toutes le coup d’être vécues », le pur reflet de ce que je pense et pour lequel je ne serais trouver de meilleurs mots. Pour le second extrait, je vous souhaite une bonne lecture de mon article et vous laisse admirer « Laissons-nous inspirer par cette jeune fille si spontanée, si sincère et si créative qui nous veut du bien. Car c’est peut-être ça, sa mission sur cette terre : nous raconter son histoire pour vous interroger sur nos priorités, nos valeurs, notre vulnérabilité et tout simplement notre humanité. ». Maintenant que vous l’avez lu, vous êtes prêt à embarquer avec moi dans la suite de mon article ? Marine est une jeune femme qui me ressemble beaucoup et j’avoue que j’ai trouvé que c’était une sacrée coïncidence qui m’a encore plus donné le sourire 🙂

Poursuivons maintenant notre Seper Aventure avec Marine : sa philosophie de vie ? « Réussir à donner son maximum pour n’avoir aucun regret », une philosophie de vie que j’approuve complètement et qui reflète bien ma pensée. Je vous emmène avec moi, dans ma lecture, en commençant par les 50 merveilleuses premières pages qui expliquent à la perfection ce Seper voyage.

Je ne trouverais pas de mots plus juste « Être dans l’inconnu, face à son corps qui lâche, est une sensation terriblement déstabilisante. », une sensation que j’ai personnellement vécue et qui ici, dès les premières pages me plonge dans mes souvenirs car « C’est dans ces moments-là que nous nous rendons compte que sans notre corps nous ne sommes rien. »et c’est dans ces moments là que nous nous rendons compte que tout peut basculer bien plus vite qu’on aurait pu l’imaginer. A l’annonce de la maladie, Marine s’est comme moi posée une question, qu’elle a exprimé tout haut « Est-ce que mon copain va vouloir d’une handicapée ? », une question pour laquelle, elle a obtenu la réponse suivante « Marine, s’il t’aime il sera toujours à tes côtés »et c’est la vérité, si la personne qui nous aime, nous aime vraiment, elle sera toujours à nos côtés que ce soit dans les bons comme dans les mauvais moments mais il ne fait pas avoir peur, pour chacune des 2 personnes composant le couple de mettre les mots sur ce qui inquiète car une fois les choses exprimées il est tout de suite plus simple de se comprendre et trouver une solution ensemble. Une question exprimée tout haut qui était aussi extrêmement importante pour moi, à l’annonce de la maladie et au début de mes soucis de santé. Une question qui peut aussi se rattacher aux ami(e) s car c’est dans ce genre de moments que l’on se demande « Vont-ils toujours vouloir de moi ? »alors si ce sont des vraies personnes à vos côtés normalement il n’y aura pas de souci mais parfois cela peut être tout l’inverse et c’est comme cela que l’on fait la connaissance du vrai visage des gens. Mais surtout si cela vous arrive, ne vous dites pas que c’est de votre faute car ce n’est pas le cas, je l’ai appris quand j’ai vu tout le monde partir et aujourd’hui, je peux vous dire une chose, je n’ai aucun regret qu’ils soient partis et j’aurais dû me rendre compte bien avant que ce n’était pas les bonnes personnes à mes côtés. Après tout, la vie est un apprentissage quotidien, n’est ce pas ?

Ici, Marine se pose cette question à l’annonce de sa maladie mais alors, de quelle maladie s’agit-il ? Je vous parle de la sclérose en plaques plus communément appelée SEP qui a été diagnostiquée à Marine en 2015, mais comme elle nous l’explique si bien, c’est surtout une « SEP = Super Envie de Partir »qui lui a été annoncée ce jour-là. En effet, plutôt que de rester abattue par la force de ce diagnostic, Marine décide de voyager pour se donner des ailes et continuer de croire que « tout reste possible face à la maladie »et pour cela, elle va se lancer dans un grand voyage à la rencontre des 3 piliers fondamentaux de la vie à travers 3 pays. Vous allez surement vous questionner sur les 3 piliers fondamentaux et je vais tout simplement vous les illustrer par une citation des propos de cette Seper jeune femme :« Je pars d’une réflexion simple : on a tous un CORPS pour bouger, un ESPRIT pour penser est une ÂME pour s’identifier. Je partirai huit mois à travers trois pays, pour m’aider à remettre en place ces trois piliers. Pourquoi partir ? J’en rêve depuis longtemps. », une idée vraiment merveilleuse qui je trouve permet de montrer que oui il y a une maladie mais finalement la vie continue toujours ! Marine évoque une chose essentielle « N’oubliez pas vos rêves, ce sont vos meilleures armes pour vivre dans ce monde devenu fou »et je suis complètement d’accord avec elle, il faut nous accrocher à nos rêves et projets pour vivre à fond !

7995FC74-315C-4CB5-9C50-53B2C55C3F33

Prêt à partir en voyage à la découverte du corps avec les merveilleux paysages de la Nouvelle Zélande ? Moi je suis prête et plus que prête à rêver encore et encore. Cette première découverte d’un nouveau pays va aider notre Seper jeune femme à se recentrer sur elle-même « C’est tout de même étrange de se recentrer sur soi-même et d’essayer de mieux se comprendre. J’ai l’impression que mon coeur est quand même pas mal enfouie sous beaucoup de carapaces pas encore atteignables, ça viendra avec le temps… ». Ce voyage est aussi une chance pour Marine de se retrouver au plus près de la nature et de profiter de tous ces moments dont elle rêvait depuis si longtemps, l’occasion pour elle de se rendre compte que « C’est une impression assez étrange de communion et de proximité avec la nature qui nous laisse exister pour qui nous sommes, car la nature nous a fait comme ça! »et de se questionner « Où se trouve le bonheur, l’ultime, le vrai, le profond, le pur, le sincère ? Comment trouver l’équilibre parfait entre sa vie et celle des autres ? ». Des réflexions profondes qui personnellement m’ont invité à y réfléchir encore plus même si j’en avais déjà un point de vue et je crois que c’est pour cela que j’aime autant la nature car elle nous laisse vivre simplement juste pour que nous vivions notre bonheur comme nous le souhaitons.

Cette aventure Nouvelle Zélandaise va mener la jeune femme à se questionner sur « La solitude est quelque chose qui se découvre chaque jour d’une manière différente. Le début est source d’interrogations, on a peur d’être réellement seul. On est à la recherche de quelqu’un, d’un regard pour parler ou échanger. Et au fur et à mesure, notre corps nous apprend à vivre mieux en étant uniquement avec nous-mêmes. Vous devez commencer à le comprendre, je suis le genre de personne à parler et à chercher attraper un sourire pour pouvoir discuter et surtout bien rigoler, mais cette fois sur la route, sous ma tente, je n’avais que ma vieille carcasse et mon sac à dos comme compagnons. La solitude nous permet de rencontrer davantage de personnes. On paraît beaucoup plus accessible. Mais on a toujours une certaine méfiance vis-à-vis de l’autre et plus confiance en nous quand on est accompagné. Lorsque l’on est seul, on est davantage dans l’observation et moins dans l’action pure et simple. Ça nous renforce et permet alors de mieux nous interroger et de nous faire épauler. Aujourd’hui, je me rends aussi compte à quel point nous ne sommes rien à côté de la nature. Je me sens comme une petite fourmi. J’essaie chaque jour d’être plus à l’écoute et de regarder davantage autour de moi, sans penser à photographier ou même à faire partager ce que je vis aux autres. La nature nous envoie une énergie unique, authentique, sans ingrédient chimique, mais nous oublions trop vite son importance et sa force. C’est une vraie thérapie. ». Pas facile de se retrouver seule quand on a besoin de parler, d’échanger, etc…mais finalement, la solitude, le calme et la communion avec la nature ramène aux essences même de la vie.

Personnellement, je suis une grande adepte du calme, des moments en solitude à partir avec mon appareil photo ou juste un livre pour me ressourcer dans la nature avec tous les petits bruis qui la composent mais qui sont des bruits blancs donc très relaxant, je ne sais pas si vous avez déjà fait attention mais généralement, lorsque l’on fait une balade, après nous sommes apaisé, détendu, prêt à repartir faire de nouvelles découvertes. Ici, c’est ce que nous transmet Marine, la nature ainsi que la solitude permettent tout cela et il ne faut pas l’oublier ou alors y revenir si nous l’avons oublié. Dans notre monde actuel, constamment en mouvements avec souvent beaucoup de bruits il peut être très facile d’oublier tout ça et pourtant c’est comme ça qu’« On se rend vite compte que chaque personne est exceptionnelle et que l’environnement qui l’entoure ne reflète en rien sa personnalité. ».

18E8E95E-49C0-402E-8F6B-6EC9FD28B49B

Ce voyage retour aux sources voit naître Rosy mais alors qui est-elle ? Rosy oui, c’est le nom que Marine a décidé de donner à sa maladie avec pour image la rose représentant la Sclé –Rose en Plaque.Trouver un nom à sa maladie ou son fauteuil pour en faire un ami, un compagnon au lieu qu’il soit un ennemi afin de le rendre plus joli, beau et ensemble partir dans une « Longue aventure. ». « Ce petit mot de quatre lettres est synonyme d’amour et de paix, a contrario de sclérose. »car « Avoir une jolie rose à la place d’une sclérose, c’est tellement la classe ! ». Oui, Marine, je suis d’accord avec toi que tout de suite c’est beaucoup plus classe mais surtout d’un coup cela définit la maladie autrement, plutôt comme un élément naturel imprévisible qu’il faut entretenir pour garder une jolie rose sinon « Les épines sont là pour te rappeler à l’ordre et te dire de ne pas oublier de désherber, sinon elle risque de faner. Surtout ne pas oublier que la finalité des épines reste de protéger la fleur magnifique, donc ne pas oublier le chemin pour accéder à la beauté du monde. ». A ce moment-là de ma lecture, je me suis moi-même demandé comment j’évoquais ma maladie, comment nous vivions ensemble, si je lui avais donné un petit nom et finalement je ne lui ai pas donné de nom particulier mais je me rends compte que c’est tout simplement une bullette de ma vie et si je ne veux pas la voir éclater ou prendre le dessus, il faut que je fasse attention à bien cohabiter avec elle, en lui apportant tout autour d’autres bullettes pleines de couleurs qui lui tiendront compagnie et l’aideront à rester colorée sans éclater pour répandre ses couleurs. Vous allez sûrement vous dire que c’est un peu abstrait mais c’est mon point de vue de ma maladie et mon handicap qui je crois colle parfaitement à celle que je suis car après tout, dans la vie « Il ne faut pas se mettre de limite et ainsi ne rien espérer et être agréablement surpris par ce que la vie nous offre. ». Moi, la vie m’a apporté encore plus de couleurs et Marine « L’image d’une maladie en une fleur que nous pouvons aimer et entretenir pour lui a donné envie de me laisser tranquille !».

47B97E69-0167-4209-A8CE-A5CD5961C8FA

Nous avons toutes les deux à notre manière une façon de cohabiter avec notre maladie et finalement je crois que c’est quelque chose d’essentielle car « En règle générale, il est difficile d’essayer d’aller de l’avant. Quand un obstacle arrive, on a souvent tendance à se dire que tout va s’effondrer et on ne voit plus le futur de manière positive. Je comprends ces derniers jours que rester confiant face à quelque chose que nous n’avons pas prévu ni voulu est l’un des premiers pas pour être bien. Il est important d’essayer de reprendre du recul et de se dire que ce mal-être ne va pas être présent 24 heures sur 24 durant toute notre vie. Ces petits moments de difficulté ou d’insécurité m’apprennent à relativiser mais surtout m’ont fait découvrir des choses sur mon être intérieur. Notre corps nous aide à temporiser, mais quand on est trop concentré sur nos pensées, elles prennent le dessus et il est alors impossible d’écouter ce corps. C’est notre premier pilier avant d’essayer de trouver des solutions dans tous les sens. Prenons le temps de regarder, d’écouter et d’essayer de nous focaliser sur lui uniquement dans un premier temps. À chaque fois que j’ai agi ainsi, il s’est avéré que tout est rentré dans l’ordre très vite. Alors que si j’actionne mes pensées, c’est terminé. L’imagination se met en place et je ne sais plus comment avancer. Les « si »et les « mais »ne remplaceront jamais nos actions. ». Je ne trouverais pas de meilleurs mots pour le dire.

La Nouvelle-Zélande invite Marine à « Apprendre à aimer ce que je fais et qui je suis devenue. Voilà l’amour auquel je pense. L’amour de soi. Arrêter de fonctionner pour les autres, mais commencer par aimer son corps, réellement. Commencer par l’écouter, pas uniquement dans une marche mais tout au long de la vie. ». Finalement, je me rends compte que je ne le fais pas non plus grâce à mes lectures et qu’il va devenir essentielle que je le fasse. Merci Marine de m’avoir aidé à m’en rendre compte.

Avant de terminer ce voyage, revenons ensemble à quelque chose d’essentiel que j’ai déjà évoqué sur le blog «C’est dingue comme la différence fait peur en général. Dès qu’on sort une personne de sa zone de confort, le jugement et l’analyse de la différence arrivent directement. Être différents, ça veut dire quoi ? C’est la question que je me suis posée plusieurs fois durant ce séjour. Penser différemment et être physiquement différent font peur à beaucoup d’entre nous. »mais finalement, nous sommes tous identique malgré nos petites différences. Je vous invite à aller lire mon article où je vous en parle d’ailleurs si vous souhaitez en apprendre plus mais pourtant l’instant je vous invite surtout à poursuivre la Seper aventure.

91FD876C-BE76-47E9-A01C-C3E324EC26C5

Continuons ensemble ce joli voyage mais cette fois-ci à la découverte de l’esprit en Birmanie. Je pense que vous l’avez maintenant remarqué mais je ne vous raconte pas tous les paysages et rencontres que Marine peut faire car je souhaite vraiment vous laisser le découvrir par vous-même si vous lisez ce livre. Par contre, je suis ravie et j’aime beaucoup vous écrire tout ce que je ressens au fil des mots et pages tout en vous partageant de nombreux extraits. Nous sommes donc maintenant en Birmanie pour partir à la rencontre de notre esprit et essayer de comprendre tout ce qu’il nous cache. Marine nous partage une réflexion avec laquelle je suis entièrement d’accord : « Une communication par le sourire va parfois plus vite que les mots et les courtoisies. » car effectivement des fois il est plus simple de communiquer par les émotions, le sourire, etc…plutôt que par les mots quand ils sont complexes à trouver. Le sourire fait aussi du bien à la personne qui le fait ainsi qu’à la personne qui le reçoit. Il y aurait beaucoup de choses à évoquer sur le sourire mais je réserve ces pensées pour un autre article. La sourire est quelque chose qui transmet beaucoup mais ce qui fait le plus de bien c’est le bonheur et parfois nous oublions que « Faire des petits actes simples et délicats pour chacun, c’est là le vrai bonheur… ». Une pensée pourtant essentielle que nous ne devrions pas oublier car finalement, et nous nous en rendons encore plus compte lorsque nous sommes malade « La force de l’esprit est mille fois plus forte que le reste. On oublie à quel point il peut nous sauver ; notre esprit peut porter et nous permettre de réaliser des choses jamais imaginées. »et ces petits actes tels que le sourire, le bonheur, toutes les petites choses du quotidien nous aide.

Une dernière pensée qu’a eu Marine et qui personnellement m’accompagne régulièrement « Demeurer soi-même c’est la chose la plus importante. »car à l’heure actuelle dans ce monde mondialisé, bien trop effervescent, on peut souvent nous demander de changer, et même trop changer ce qui peut parfois amener à oublier qui nous sommes au fond de nous-même. Être complètement perdu et ne plus savoir nous définir personnellement, des moments de flous peuvent arriver quand notre vie bascule car forcément il faut tout réapprendre, redécouvrir autrement, et c’est parfois source de perte de repères qu’il faut pourtant retrouver en revenant à l’essentiel.

Je finirais cette partie de mon article par un extrait ici de ma lecture, des mots écrit par notre Seper jeune femme à la fin de son voyage en Birmanie « Je ne pensais pas que ce projet allait m’amener vers autant de réponses à mes questions intérieures, mais surtout vers autant de réponses aux questionnements de ma vie. On est maître de nous-même et on doit accepter notre souffrance. Cette humanité est vraiment belle et riche. Ces différences humaines et actuelles doivent être utilisées pour rassembler les peuples. On doit créer un chemin vers notre bonheur. Je ne resterai pas dans les mots comme je l’ai toujours fait auparavant ; je serai désormais dans l’action, c’est certain. C’est la clef du bonheur. Pratiquer vraiment ! Je ne sais pas pourquoi je ressens cette force dans mon cœur en regardant à travers le hublot de mon avion… ». Une très jolie réflexion qui montre bien à quel point au-delà de l’émerveillement vécu dans ces paysages étrangers, Marine a vécu un chamboulement somptueux dans ses pensées qui vont l’amener à changer juste des petites choses qui auraient pu paraitre insignifiante mais qui sont finalement beaucoup. Et au final, dans notre monde actuel, si nous changions tous une petite chose, cela nous aiderait tous à évoluer et avancer ensemble.

27148787-1081-4B3B-B9C5-DDF91F6C9A1F

Nous arrivons bientôt à la fin de la Seper aventure à travers le monde de 8 mois, mais avant il nous fait nous évader avec Marine en Mongolie à la rencontre de l’âme et de toute la culture dont regorge la Mongolie comme tous les autres pays visités durant ce voyage d’ailleurs. Et oui, vous aviez bien lu, ce voyage initiatique à la découverte du monde mais aussi de l’être se termine par « L’âme, oui, nous avons bien tous une âme. Elle est présente chez chacun d’entre nous et nous rend unique. Notre âme est une chose intouchable, irremplaçable, qui ne peut être modulée, contrairement à l’esprit qui lui vit et grandit en fonction de nos émotions. ». C’est cet élément qui fait partie de nous qui fait que nous sommes tous unique. Et c’est pour cela que Marine nous dit «Écoutez votre petite voix. »afin de nous inciter à nous ouvrir au monde mais surtout à rester ces personnes exclusives que nous sommes tous.

Dans la vie, il va aussi être indispensable de se rappeler une chose «La vie est si belle et les obstacles ne sont là que pour nous réorienter et nous guider vers le chemin qu’on arrive pas à trouver. Si vous commencez par laisser cette voix vous murmurer ce dont elle a besoin, votre vie ne sera plus la même. Quel bonheur de se laisser guider par son instinct et son cœur. »alors avançons tous vers nos rêves et nos projets grâce à « Cette force que nous avons tous, je dis bien tous, sans omettre une seule personne, cette force est surprenante! ». Quand nous sommes malades, ou vivons un handicap, il est souvent difficile pour nos proches ou le monde à l’extérieur de comprendre mais finalement « Personne ne peut se mettre à notre place, personne ne peut se mettre à la place de notre esprit et de nos ressentis. Quand on comprend qu’il y a un monde entre l’autre et soi-même, on peut réaliser beaucoup plus de choses. On grandit dans un pays où la pensée est unique, tout le monde doit penser comme la majorité. C’est pourquoi c’est mille fois plus difficile de rester concentré sur son propre corps sans se faire absorber par les autres !!! On peut soulever des montagnes si on le veut, oui cette phrase reste une expression mais devient une réalité lorsque nous arrivons à soulever toutes les montagnes de notre cœur qui l’empêchent de rayonner correctement…»alors ne laissons personne nous changer et laissons nous guider par ce que nous nous sentons capable de faire car personne ne pourrait jamais savoir mieux que nous ce que nous sommes capable et avons besoin de faire dans nos vies pour être bien. Je ne dirais pas mieux « Restons libres d’être qui nous sommes et de grandir comme nous le souhaitons. Soyons libres de faire ce qui nous plaît quand nous en ressentons le besoin et sans être prisonniers de notre propre vie. ».

F2EBD1C1-5BE7-4C06-8157-8DDE45CE5850

Ce Seper voyage avec Marine est maintenant terminé, il est temps de prendre la route du retour mais avant cela Marine avait encore quelques petites choses à partager avec nous et personnellement je ressens exactement la même chose dans ma vie alors je vais tout simplement lui laisser la parole avec les extraits que j’ai choisi au fil de ma lecture.

« On peut changer les choses à nos petites échelles. Cette vie est trop courte pour ne pas la changer dès qu’on commence à virer du mauvais côté. J’ai trop eu l’impression d’être impuissance face à plusieurs situations de ma vie, de ne pas oser y aller ou parler ou dire. Je n’étais pas assez bien dans mes baskets pour m’adapter. J’ai compris que notre force était dans notre espérance en nos croyances et notre persévérance. »

« La maladie est une force…Oui je le dis, je le ressens au fond de moi et je le vois surtout autour de moi. La solution n’est pas forcément le voyage, loin de là, mais le voyage à l’intérieur de soi. Nous avons tous des projets plus ou moins réalistes, et des idées, notre esprit n’en manque pas ! Osez foncer…quand on s’écoute les chemins s’aplanissent…»

« On imagine pas une seconde ce qu’on est tous capables de faire. Restons d’abord sincères avec nous-mêmes, pour mieux l’être avec les autres. Enfin, soyons sûrs que quelle que soit notre situation physique, mentale, ou sociale, nous avons tous cette force immense qui peut soulever des montagnes et déplacer les océans ! Dites « OUI »à vos envies, à vos projets, à vos rêves mais surtout dites un grand « OUI »à vous-même. Acceptez de partir vers ce chemin épineux au début qui ira cimenter votre trajet…Les épines sont là pour nous piquer mais surtout pour nous apprendre à nous aimer… »

« Je ne pense pas que ce soit en critiquant, comparant ou jugeant l’autre par rapport à sa maladie qu’on arrivera à se changer soi-même. La peur et la souffrance sont les meilleures amies de cette comparaison si néfaste. »

E3F7B880-44A8-4EE2-BA89-795282E65AE0

Nous arrivons à la fin de mon avis et je ne dirais pas mieux que Marine, alors je vais tout simplement lui laisser la parole : « Le mot de la fin ? C’est à la fin de mon voyage que tout s’éclaircit. Je décide de créer un nouveau projet où tout le monde a sa place et avec un seul but : changer le regard sur la maladie. Un mot : ACTION. Que vous soyez atteint d’une maladie physique ou non, allions nos passions communes pour permettre la création de beaux projets par lesquels valides ou invalides ne feront plus qu’un. Devenons tous des acteurs de changement face à ce mot « maladie »qui inhibe et qui cloisonne. Partons ensemble sur des projets que l’on croit impossible. Créons du lien. Agissons sur nos forces plutôt que sur nos faiblesses. Renversons les paradigmes. Que nous soyons malades ou apparemment bien portant, on a tous des projets, faisons tout pour les réaliser ensemble : chacun apportera son savoir-faire pour rendre l’impossible réalisable. Le but de ce nouveau projet en construction sera de créer des binômes d’un nouveau genre. Aucune distinction entre malade et bien portant. Ici la personne qui n’ose pas se lancer se retrouvera à coacher le projet d’un autre. Pas de règles, sauf une : TOUT EST POSSIBLE. »

C341389E-3418-4064-81FE-C404D1F0F090

Ce livre est un véritable coup de foudre et si vous ne l’avez pas lu, je n’ai qu’une chose à dire : LISEZ-LE car au-delà de nous exprimer son ressenti, son histoire, Marine nous transmet sa philosophie de vie et nous donne encore plus de force pour nous épanouir malgré un handicap, une maladie ou tout simplement dans sa vie !

Si vous lisez ce livre, sachez que vous ne refermerez pas ce livre sans avoir changé de point de vue et trouvé encore plus d’inspirations. Pour ma part, le voyage de Marine ainsi que son histoire m’inspire encore plus dans ma vie de tous les jours! Ce livre un vraiment époustouflant et je compte bien le lire encore et encore. C’est une source de vie, d’émotions, de rire et d’évasion car à travers ce livre j’ai à la fois été inspirée mais j’ai aussi voyagé avec Marine grâce aux nombreuses descriptions qu’elle nous propose tout en nous narrant son histoire.

Chacun des mots utilisés par Marine sont un profond écho à ce que je ressens en moi. Je n’ai pas fait de grand voyage lorsque ma vie a basculé mais j’adorerais voyager. Mon voyage à moi, ce sont mes bullettes pleines de couleurs qui m’aident à construire mon monde tel que je le souhaite petit à petit.

Aujourd’hui, je peux vous dire avec certitude que ma vie a changé mais finalement, elle a surtout commencé. J’avoue, qu’en écrivant je me demande comment j’ai réussi à accepter tout ça aussi facilement et je suis bien incapable de répondre. Cela fait déjà depuis le début de cet article que je me pose la question mais je ne serais pas du tout vous dire, j’y réfléchirai, si ça me vient je vous ferai un article pour vous en parler. Je crois que j’ai tout simplement prit cela comme une chance offerte par la vie pour vraiment VIVRE. Je ne suis pas du tout en colère contre ce changement de vie qui m’est tombé dessus même si je l’avoue des fois c’est vraiment barbant les douleurs, etc…je pense sincèrement qu’au fond de moi, je suis tout simplement reconnaissance envers cette chance que j’ai de vivre et profiter même si c’est différemment. Aujourd’hui, je sais que les personnes qui sont parti ne liront jamais cette bullette mais je voudrais dire à quel point ils ont fait l’erreur de croire que j’allais changer car ce n’est pas le cas, je suis la Marine que j’ai toujours été et je le resterais toujours. Et à toutes les autres personnes qui sont mes proches ou vous avec qui je fais connaissance pour certains, merci d’être là et de voir qui je suis vraiment mais surtout qui je suis restée.

La maladie n’est pas une fatalité, au contre, je trouve qu’elle est notre force et nous fait redécouvrir la vie, notre deuxième vie ou tout simplement la vraie. Je trouve que c’est comme quand on est petit et qu’on découvre les couleurs du monde. C’est exactement cela que nous partage Marine dans cette véritable pépite étincelante ! Marine est une jeune femme époustouflante, je me retrouve beaucoup en elle, presque complètement pour tout vous dire mais ça, je pense que vous avez pu le comprendre au fur et à mesure de votre lecture de mon ressenti. Ce livre est une ode à la vie ! Personnellement, dans ma vie, j’aime me dire qu’il y a des livres qui font germes une graine en nous et celui-ci en fait partie pour moi. Cette graine devient même un arbre qui se fleurit de milliers de bourgeons à chacune de mes lectures, chaque lectures nous nourrit mais une seule nous guide et il me semble que j’ai trouvé la mienne.Cet ouvrage est accompagné de photos principalement mais aussi dessins ainsi que du carnet de voyage créer par Marine tout au long de cette Seper aventure, ce qui permet encore plus de rêver encore plus et de continuer à philosopher.

Je n’ai presque plus rien à dire sauf qu’il y a beaucoup trop de ressemblance dans ce livre et ma vie, il a été mis sur ma voie pour une raison, je ne crois pas au hasard, si ce livre me parle autant c’est qu’il y a une raison, une force.

Je n’ai aucune croyance particulière mais je peux vous dire une chose dont je suis certaine au plus profond de moi, si ce livre a été le plus gros coup de cœur et restera le plus gros coup de cœur de ma vie, c’est un signe du destin qui m’invite depuis ma petite lecture jusqu’à toutes les suivantes à suivre les bullettes que j’ai en moi, à suivre ce qui me fait du bien, à créer et réaliser mes rêves mais surtout à vivre pleinement ce que j’ai besoin de vivre ! Alors je souhaite finir sur quelque chose d’important pour moi, MERCI Marine pour ton histoire de vie que tu partages avec nous, merci pour tout. Nous ne nous connaissons pas toutes les deux et pourtant nous nous ressemblons beaucoup.

J’espère de tout mon cœur que cet avis vous a plu. N’hésite pas à partager votre ressenti avec moi, me raconter si vous connaissais Marine Barnerias et si vous avez lu son livre ou alors tout simplement me dire si je vous ai convaincue ?

Ps : Une toute dernière petite chose, merci à ceux qui sont arrivés jusqu’à la fin de cet article qui était très long mais me tenait sincèrement à coeur. Et, si parmi-vous, il y a des personnes qui ne me suivent pas encore sur instagram, je vous invite à le faire car d’ici quelques jours j’aurais une petite surprise à évoquer avec vous 🙂

Publicités

7 réflexions sur “Seper Hero : Le voyage internet qui a donné sens à ma vie de Marine Barnerias

  1. Ping : Livres évoquant le handicap, la maladie, etc… – « Rêve ta vie en couleurs, c’est le secret du bonheur. » Walt Disney.

  2. Ping : Petit blabla entre vous et moi – 2 – « Rêve ta vie en couleurs, c’est le secret du bonheur. » Walt Disney.

  3. Ping : Le développement personnel – « Rêve ta vie en couleurs, c’est le secret du bonheur. » Walt Disney.

  4. Ping : La vie rêvée de Margaret de Katherine Center – Les bullettes colorées

  5. Ping : Tag littéraire : De A à Z – Les bullettes colorées

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s