Couleurs de Sylvain Escallon

Coucou,

Dans cette bullette avis très bonne lecture BD, je vous parle de mon avis sur la BD de Sylvain Escallon « Couleurs ».

Tout d’abord, petite présentation de l’auteur :

Sylvain Escallon est un auteur, scénariste et dessinateur français. Il est né en 1990 à Montpellier, ville où il habite toujours et dans laquelle il a fait des études supérieures d’arts graphiques. Il est inspiré par des auteurs comme Bilal, Tardi, Comes, etc…et a toujours été attiré par le dessin sous toutes ses formes. Ce roman graphique est son troisième.

Le résumé

Dans la forêt, les arbres centenaires trônent en gardiens immobiles, pendant qu’au sol, les fourmis s’affairent. En insectes pragmatiques, elles rejoignent un rail qui leur semble de bon augure pour leur colonie. Mais le passage d’un train ne laisse aucune chance aux fourmis qui s’étaient engagées.

Dans ce train se trouve un vieil homme qui lit son journal, En face de lui, sur la banquette, un jeune homme est affalé, il se réveille doucement. Ce jeune homme est épuise, malade et n’a plu aucun souvenir de son passé. Par la fenêtre du train, il voit défiler des villes et des campagnes complètement dévastées. Est-ce à cause d’une guerre ? D’une épidémie ? Le jeune homme n’en a aucune idée. C’est alors que le vieil homme lui explique qu’il lui parlait et que, visiblement cela a eu un effet somnifère. Les médecins lui ont bien dit que le jeune homme aurait quelques somnolences après le gros choc cérébral qu’il a reçu c’est normal. Mais alors qui est le vieil homme ?

Ce vieil homme c’est Herman Desonge, il est artiste peintre et propriétaire d’une grande maison aux abords de la petite ville de Calencourt. Quel est le lien avec le jeune homme ? Il doit prendre soin du jeune homme, en effet, depuis la grande catastrophe, les particuliers viennent en aide aux hôpitaux qui ne peuvent pas faire face à l’afflux de victimes. Les équipes de recherche ont miraculeusement découvert le jeune homme indemne mais amnésique parmi les décombres.

Maintenant c’est donc le vieil homme qui lui va l’aider à reconstruire une nouvelle vie mais surtout le jeune homme doit absolument lui dire s’il se sent mal.

Le jeune homme sans mémoire va donc se faire héberger le temps de reprendre des forces. La nuit, comme un zombie le jeune homme se lève, peint des toiles dont il ne se souvient plus le matin…mais alors que va-t-il se passer pour le jeune homme ? Que va faire Herman Desonge pour lui ?

Mon avis

Le titre et la couverture flamboyante de ce roman graphique m’ont tout de suite plu. Que pouvait bien réserver l’auteur ? Je ne le savais pas mais rien que pour le plaisir de découvrir une histoire appelée « Couleurs »cela m’a donné envie de foncer dans ma découverte.

Ce n’est pas un coup de cœur mais une très bonne lecture, je vous explique pourquoi.

Tout d’abord, avec le titre je m’attendais vraiment à un ouvrage extrêmement coloré mais au final il est majoritairement en noir et blanc, petite déception mais au final cela ne m’a pas déçue. Ensuite, Sylvain Escallon nous emmène dans une atmosphère énigmatique et j’avoue que ce n’est pas vraiment mon univers donc je n’étais pas vraiment rassurée.

Les premières planches mettent en avant un décor surprenant avec les fourmis écrasées et un ciel hypnotique, de quoi dès le début me déstabiliser. La petite ville dans laquelle se déroule l’histoire semble silencieuse et paisible, le dessin des bâtiments en perspective donne à cette ville plus de volumes et surtout nous obligent à rentrer dans l’histoire sans se laisser déstabiliser par l’effet énigmatique proposé par l’auteur. Ce contraste avec les premières planches m’a rassurée car j’avais peur que tout l’univers soit trop hypnotique, ce qui aurait pu m’empêcher d’apprécier l’histoire.

Le scénario imaginé par le scénariste est simple mais surprenant. Arrivé chez le vieil homme, le jeune homme subit de violents maux de tête et se rend alors chez le médecin de la petite ville qui décide de le soigner par chromothérapie (méthode d’harmonisation mais surtout de guérison de certains troubles physiques ou émotionnels grâce aux couleurs). Mais en revenant dans la maison du vieil homme, sans s’en rendre compte, le jeune homme va se lever la nuit et peindre des tableaux mais ne s’en souviendra plus le lendemain. Quel est l’impact de cette méthode ? Que va-t-il se produire pour les deux hommes ? Je vous laisserais lire cette histoire pour le découvrir, personnellement je n’aurais jamais pu imaginer ce dénouement qui fait vraiment honneur au travail de l’artiste. La scène finale m’a laissée un peu sans voix, j’ai trouvé cela très original.

Rêve, réalité ou manipulation telle est la question. Néanmoins, pour moi, dans son récit mais aussi son graphisme, Sylvain Escallon nous invite à une réflexion sur l’art et son incidence sur notre vie, les traumatismes, la souffrance, etc…cette histoire a pour moi une grande connotation art thérapie qui met bien la volonté de se libérer de tout ce que l’on ressent par les couleurs et se servir de l’art même si nous ne sommes pas artiste. Je trouve vraiment que c’est une très bonne chose d’avoir mis cela en avant grâce à un roman graphique car pour moi, les couleurs ont de véritables atouts dans notre vie.

En ce qui concerne l’illustration et le graphisme, j’adore, cela apporte encore plus de mystère à l’histoire mais sans bloquer le lecteur. De notre symbole lié à l’importance de la couleur sont insérés au fil des pages permettant ainsi de donner différentes incidences à son histoire. Les décors et toutes les illustrations sont merveilleuses. J’ai un très gros coup de cœur pour la fibre artistique de Sylvain Escallon.

C’est une BD qui m’est bien en avant les couleurs même si le noir et blanc est majoritaire, je trouve au contraire qu’ici, l’utilisation de noir et blanc intensifie les couleurs lorsqu’elles sont utilisées ! D’ailleurs le noir et le blanc sont aussi des couleurs mais ici je fais la différence entre le noir et blanc qui sont des couleurs sobres et les aitres couleurs qui sont plus vives. L’univers choisit par l’auteur mais aussi les sujets que l’auteur évoque comme la maladie, la perte de souvenirs, la vie, les rêves et tout ce qui nous constituent ont totalement leur place et les couleurs sobres ou vives sont un véritable atout pour ces sujets.

J’ai trouvé le scénario imaginé par Sylvain Escallon à la fois surprenant mais aussi simple. Le graphisme est splendide et correspond totalement à l’univers dans lequel nous emmène l’auteur. Chaque élément à sa place dans le dénouement de l’histoire !

En conclusion, j’ai passé un très bon moment de lecture. Sylvain Escallon a réussi à m’embarquer avec lui dans un univers qui n’est pas le mien. C’était une jolie découverte même s’il n’y a pas ce petit plus qui en ferait un coup de cœur, je pense que malgré tout, le fait que cela ne soit pas mon univers m’a empêché de trouver la petite étincelle du coup de cœur.

Les couleurs ainsi que la force des sujets et la simplicité avec laquelle le dessinateur les évoque ont été le véritable atout qui m’a permis que cette lecture soit un très bon moment pour moi.

J’espère que cet article vous a plu, n’hésitez pas à venir discuter avec moi. Connaissez-vous cette BD et son auteur ? Aimez-vous l’illustration ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s